Le cannabis a été officiellement prohibé en 1923 quand il a été ajouté à la liste des substances interdites d’abord prévue par la « Loi prohibant l’importation, la fabrication et la vente de l’opium à des fins autres que celles de la médecine » (dite Loi sur l’opium de 1908). À la même époque, la Convention de l’opium de Genève faisait du cannabis une des drogues assujetties au contrôle international. Quelques années plus tard, soit en 1936, son trafic devenait internationalement une activité criminelle passible de sanctions pénales. Le système international de contrôle et de classification des stupéfiants moderne a été instauré en 1961 par la Convention unique sur le contrôle des stupéfiants de l’Organisation des Nations Unies (ONU). Le cannabis est alors classé aux côtés de l’héroïne et de la cocaïne dans les substances de catégorie 1 soumises à un contrôle plus étroit (1). Le Canada est un des pays signataires à cette convention internationale ainsi qu’à la Convention contre le trafic illicite de stupéfiants et de substances psychotropes adoptée elle aussi par l’ONU en 1988.


Le profil des Canadiens qui se procurent du cannabis « officiel » demeure un mystère, faute d’études sérieuses. Cependant, Mohamed Ben Amar, professeur de pharmacologie et toxicologie à l’Université de Montréal, est inquiet de la consommation chez les plus jeunes, dont le cerveau n’est pleinement développé que vers l’âge de 25 ans : « On sait que la consommation de cannabis a des effets négatifs et persistants sur les capacités cognitives des adolescents. Le risque de voir augmenter les cas de psychose est donc réel. »
The information provided is detailed and nuanced. For example, the website explains that while it was once thought that the species of cannabis — sativa or indica — was solely responsible for the effect, that can be misleading. Many cannabis users are under the impression that sativa strains provide more energy, while indica strains are more calming or sedating.
But if you were planning to casually jot down “weed” on your grocery list, think again; different Canadian provinces and territories have their own rules on how to buy and consume pot, with stipulations on legal age of purchase (19 everywhere except Alberta and Quebec, where the age limit is 18), possession limits, exactly where you can smoke, and whether or not weed will be sold by government-run stores only.
×